Surface taxable

Content Image

Certes, la surface de plancher, l’emprise au sol et la surface Taxable ont des points en commun et se rapportent toutes à l’univers de la construction. Néanmoins, dans la portée juridique, elles représentent trois notions complètement différentes. Pour comprendre ces langages, mieux vaut demander des explications auprès des personnes compétentes comme celles qui travaillent auprès de la mairie ou encore celles qui travaillent dans le monde de la construction à savoir les architectes. Il est également possible de se renseigner sur internet.

Qu’est-ce qu’une surface taxable ?
La surface taxable sert de base pour le calcul de la taxe d’aménagement. Pour une structure qui sert d’habitation individuelle comme une maison individuelle, elle est similaire à la surface de plancher après ajout des combles non aménageables et des espaces de parking fermés et couverts. L’ensemble des données pris dans le calcul doit être renseigné au formulaire de déclaration des éléments indispensables au calcul des impositions de la requête d’autorisation pour la construction. Le cas échéant, le sondage des éléments imposables permet pareillement d’informer, si indispensable, le nombre de parcages souhaités en dehors d’une habitation close et couverte.

Comment calculer la surface taxable ?
Le mesurage de la surface taxable est définit par l’article R.331-7 du code de l’urbanisme. Elle représente la somme des surfaces de plancher de chaque niveau clos et couvert. On réalise le mesurage à partir du nu intérieur des façades. Sont exclus de ce calcul les surfaces correspondant à l’épaisseur des murs qui entourent les embrasures des ouvertures (fenêtres, portes, baies etc.) donnant sur l’extérieur. Les vides et les trémies liées aux ascenseurs et aux escaliers ainsi que les surfaces de plancher ayant une hauteur ne dépassant pas les 1,80 m ne font pas non plus partie des éléments pris en compte.

Différences entre surface taxable et surface de plancher
A première vue, ces deux éléments semblent être pareils. Mais quand on s’y penche, on peut distinguer leurs dissimilitudes. Ce sont en fait les surfaces déductibles qui constituent les principales différences entre ces deux concepts. Comme on peut les remarquer, celles-ci sont moins importantes pour la surface taxable. Les espaces de stationnement qui ne sont pas pris en compte pour le calcul de la surface de plancher entrent par exemple dans le mesurage de la surface taxable. De même, Ce dernier inclut les combles non aménageables pour la maison ou pour une activité professionnelle alors que le premier non. Pour ce qui est de la surface d’une piscine, elle est déclarée dans le cadre du calcul des impositions. Ainsi donc, on peut apercevoir que la surface taxable combine d’avantage de surface construite que la surface de plancher. On peut en déduire qu’une structure sera donc taxée sur la quasi-intégralité des surfaces construites.

Content Image

Calcule de la Surface taxable

Surface taxable

La surface taxable, introduite par la loi de finances rectificative du 29 décembre 2010, doit être déclaré dans le formulaire de déclaration des éléments nécessaires au calcul des impositions.

Constituant l’une des bases du calcul de la taxe d’aménagement, la surface taxable ne doit pas être confondue avec l’emprise au sol et la surface de plancher.

Voici quelques éléments d’information pour mieux comprendre son fonctionnement.